Ma version du miracle morning

miracle morning routine

Il y’à un mois, je vous annonçais mon envie de me lancer dans un miracle morning. Créée par Hal Elrod, cette routine est supposée vous permettre de rendre votre journée plus productive en la débutant par une série de 6 activités. Le seul problème : je ne suis pas du tout du matin. Alors au bout d’un mois, qu’est ce que je garde de cette expérience ?

Tout d’abord, que je ne suis vraiment pas du matin. Lorsque je mettais le réveil 1h30 plus tôt, j’étais épuisée à midi et finissais par faire une sieste de 14h à 18h. Niveau productivité on a vu mieux. J’ai donc décidé de déconstruire complètement le miracle morning pour effectuer les activités à des moments qui conviennent le mieux. Je travaille en indépendant depuis la maison et n’ai pas de famille. Je peux donc m’organiser comme je veux. Je suis ultra productive le soir, donc j’ai choisi de garder ça et de transformer mes matins. Plutôt que de me lever et me forcer à travailler directement, j’ai décidé que mes matins seraient vos soirées. Comme je travaille généralement jusqu’à 2/3h du matin, je n’avais pas de moments dédiés à ne rien faire. Le matin, je me lève donc un peu après 8h30 (plus tôt qu’avant donc) et je prends le temps pour moi. Je me fais un bon thé, me mets sur mon canapé et regarde une ou deux séries. Je me suis rendue compte que si je ne me stressais pas, ma journée était beaucoup plus productive ensuite. Dès que je me mets la pression, je m’écroule en cours de route. Donc le matin désormais, c’est aucune pression pendant deux heures au moins.

Vers 11h, je pousse la table de mon salon, sors mon legging de compet’, mon tapis de yoga et je me lance dans 30 minutes de sport, généralement du hiit ou du yoga. J’attrape ensuite un plaid pour faire 5 minutes de méditation. Je me répète un mantra en boucle en respirant profondément. Puis je pars me doucher.

Vers 12h, je commence à travailler. Je prends connaissance de mes mails, suis mes réseaux sociaux, fais de la veille professionnelle et me liste toutes les tâches que j’aurai à faire dans la journée. Vers 13h30, je commence à me préparer à manger. Après le repas, je me plonge dans 30 minutes de lecture professionnelle. Les livres sont souvent en anglais et me demandent donc une énorme concentration. En général, après mon petit déjeuner/déjeuner, je n’ai pas envie de me remettre à travailler et pourtant mon cerveau est plongé dans le boulot. La lecture est donc une super activité à ce moment là.

Puis je me remets à travailler non stop jusqu’à 23h/23h30, en prenant le temps de manger vers 19h30 (je pratique l’intermitent fasting et doit donc manger tôt). Une fois que j’ai fini de travailler, je me pose pour écrire. Je trouve que cette activité a beaucoup plus de sens le soir. J’écris ce qu’il s’est passé dans la journée. Je pose toutes mes angoisses, tous mes tracas, et je me force à finir toujours par au moins 3 petits bonheurs. Cette partie m’a donné l’envie de me lancer dans le très vieux instagram challenge 100 days of happiness qui consiste à poster pendant 100 jours une photo d’un moment heureux (ça veut dire beaucoup de photo de chat ça…). J’ai trop tendance à oublier mes petits moments de bonheur et j’ai envie d’apprendre à les chérir encore plus.

Finir sur ce moment d’écriture m’apaise l’esprit et je me couche sans trop de difficulté. Je lis un roman de fiction pendant 15/20 minutes et je sombre de sommeil jusqu’au lendemain. Pour une ancienne insomniaque je trouve ça plutôt pas mal.

Il me reste donc la visualisation et les affirmations que je ne sais pas où caser. Principalement parce que je ne les comprends toujours pas. Comme je n’en vois ni l’intérêt, ni les bénéfices, je ne sais pas où les caser dans ma journée. Je me laisse encore un mois pour creuser ces pratiques là au bout duquel je déciderai si je veux les continuer ou les abandonner. 

Au final, je ne trouve pas cela si contraignant de caser dans ma journée 30 minutes de sport, 30 minutes de lecture professionnelle et 10/15 minutes d’écriture, en plus de mes 10h de travail minimum. Je suis plutôt contente de mon organisation actuelle, que je trouve totalement adaptée à mon rythme. J’ai enfin accepté d’avoir un rythme différent des autres, et j’en tire tous les avantages.

Et vous, avez vous adapté le miracle morning ?

 

P.S : J’ai lancé mon compte instagram pro, dédié à mon boulot de freelance, mes rencontres avec des entrepreneures inspirantes et des conseils webmarketing. Pour le moment, seules 20 personnes me suivent. J’ai donc bien besoin de ton soutien par ici.

 

routine morning miracle pas du matin

Faites passer le message !

1Pingbacks & Trackbacks on Ma version du miracle morning

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment *






%d blogueurs aiment cette page :