Finances

Pourquoi a t-on autant de mal à parler d’argent ?

Il y’a presque un an, quand j’ai lancé ce blog, j’ai dit que l’un de mes focus allait être l’argent. Et je ne m’attendais vraiment pas à ce que ce soit ce sujet qui fasse autant parler. Le problème pour ces gens là, ce n’était même pas que j’avouais être criblée de dettes de prêts étudiants et complètement fauchée. Le problème c’était que je parlais d’argent.

Ces derniers temps, à chaque fois que j’ai vu une blogueuse ou une youtubeuse se lancer sur le sujet, un torrent de critiques se trouvait en commentaires. Je crois que, de nos jours, parler d’argent est encore plus tabou que parler de sexe. Je pense qu’il y’a des centaines de raisons de considérer l’argent comme quelque chose dont on ne parle pas et qu’elles sont propres à chacun. En explorant plus en détails ma relation à l’argent, j’ai pu faire émerger 5 raisons qui me poussent à le considérercomme un non sujet de discussion.

argent salaire revenus tabou

1 . L’éducation autour de l’argent

La très grande majorité des blocages que nous avons vient de notre éducation et de ce que nous avons assimilé comme croyances bloquantes. C’est en travaillant sur les miennes que je me suis rendue compte à quel point je considérais l’argent comme quelque chose dont on ne parle pas. J’ai toujours entendu dire que l’argent, tout le monde en manquait et j’ai très vite associé l’argent à une douleur, dont on ne parle pas pour éviter de blesser l’autre. A quelque chose de gênant en somme.

2 .  Le revenu comme signe d’appartenance à un groupe

Une fois que j’ai compris que mon premier blocage était lié à mon enfance, j’ai exploré d’autres raisons pour lesquelles j’étais mal à l’aise de parler d’argent. Et celle-ci est apparu. Lorsque je regarde mes différents groupes d’amis, leurs revenus sont similaires. Il y’a les artistes, les apprentis entrepreneurs, les entrepreneurs confirmés et les amis d’enfance qui sont désormais parents et propriétaires de maisons en banlieue. J’imagine qu’en lisant ces mots vous pouvez associer un revenu type à chacun de ces groupes. En tous cas, moi je le peux (et je pense que quiconque vient du marketing le pourra également). L’impression d’être un imposteur est très vite apparue lorsque j’ai réalisé que mon revenu dépassait ou était inférieur à ceux de mes amis. J’ai eu autant de mal à me sentir légitime dans un groupe d’artistes qui peinait à joindre les deux lorsque je gagnais décemment ma vie que dans un groupe d’entrepreneurs brillants lorsque j’étais caissière à mi-temps. Du coup, j’ai évité à tout prix de parler d’argent.

3 . La peur de comparer sa situation à celle des autres

Avec la peur d’être exclue d’un groupe vient aussi la peur de se comparer aux autres. Pour moi, elle se formule de cette manière : je suis heureuse de ma situation, mais si je me rends compte que quelqu’un qui fait le même travail que moi gagne beaucoup plus, est-ce que je serai toujours heureuse ? Cette question m’a longtemps hantée, notamment dans l’entrepreneuriat. J’étais très mal à l’aise à chaque fois que quelqu’un de mon milieu entrepreneurial lançait une conversation autour du prix de nos services et de nos revenus (conversation généralement ingénue dans 80% des cas). Du coup, je m’éclipsais de la conversation.

4 .  La peur de susciter la jalousie.

Après la peur d’être moins bien que les autres, vient la peur d’écraser les autres par des revenus supérieurs. C’est la question principale qu’on me pose à propos de mon couple. Et on a beau être confiant, lorsqu’on vous répète 50 fois que mec peut partir car il est jaloux de votre réussite, on se met à paniquer. Je rassure tout le monde, mon compagnon n’en a rien à faire que je gagne le double de son salaire certains mois. Mais dans l’imaginaire collectif, une personne qui gagne de l’argent doit être toujours jalousée et les gens qui l’entourent se doivent d’être plus intéressés par le portefeuille de la personne que par la personne. Du coup, on ne parle pas d’argent.

5 . Mon revenu = ma valeur personnelle

Le dernier, et celui que je n’arrive toujours pas à vraiment dépasser, est celui-ci : je considère que mon revenu équivaut à ma valeur. C’est principalement ce qui me freine lorsque je dois discuter d’un salaire ou lorsqu’un client essaye de négocier mes prix. Au lieu de considérer cela comme une transaction commerciale, je me bloque, persuadée que la personne en face ne me trouve pas compétente et veut juste me faire comprendre que je n’ai pas d’interêt. C’est également le blocage contre lequel il faut que je lutte en permanence pour faire doucement monter mes prix. Consciemment, je sais que les deux n’ont aucun rapport. Mais mon inconscient à décidé de se mêler de l’histoire et me joue encore des tours à ce sujet.

 

En travaillant régulièrement sur mon rapport à l’argent grâce à des livres et des outils en ligne (dont on reparlera prochainement), j’ai réussi à débloquer certaines de mes croyances limitantes, et a améliorer significativement ma situation financière par la même occasion. Mais je sais que certains points coincent toujours, et que les débloquer est un travail qui ne s’arrête jamais. Il me suffit d’un moment d’inattention et d’une réplique fourbe balancée par un inconnu pour que toutes mes peurs reviennent et que l’argent redevienne le sujet tabou qu’il était.

Et toi, quelles sont tes croyances limitantes vis à vis de l’argent ?

 

Faites passer le message !

«

»

6 COMMENTS

  • Je pense que l’argent est aussi tabou car on est dans un pays où la réussite n’est pas forcément admirée mais plutôt jalousée ! Et malheureusement ton article est aussi en lien avec l’actualité « des gilets jaunes » beaucoup trop d’inégalités. Je ne vais pas rentrer dans un débat politique mais difficile pour des gens de classe moyenne (qui ne bénéficie d’aucune aides) d’entendre certaines personnes travaillant moins ( pas à 35h) vivre pareil . Donc je pense que face à ces inégalités on se rapproche des gens de notre « rang ». Ton article est intéressant . Pour moi donc c’est la sociétée qui rend le rapport à l’argent tabou en France.

  • Leila

    Ton article m’a fait pensé à un truc qu’un de mes profs nous avait dit: Les américains ont un problème avec le mensonge, les anglais avec le sexe et les français avec l’argent. Et effectivement quand tu discute avec des anglo-saxon, eux n’ont aucun problème avec l’argent.

  • Bonjour, tu as bien raison l’argent est vraiment un sujet tabou et je l’ai encore plus ressenti avec la vie avec mon ex-mari militaire et sa famille. Il y a un complexe d’infériorité, pour eux gagner beaucoup d’argent c’est signe de réussite etc. C’est le cas aussi dans mon éducation chinoise mais moins puisque issue de parents agricoles, j’avais passé mon enfance à travailler la terre et j’avais par semaine mon argent de poche qui varie entre 50 à 100 euros, alors que j’avais juste 11 ans et puis l’argent était un témoignage de leur amour aussi si j’en ai besoin. Je peux donc compter sur ma famille. Donc pas de tabou dans ma famille. Une fois divorcé de mon ex-mari (qui gagnait plus que moi et qu’il considérait que l’entreprenariat et le dessin n’est pas un vrai métier), je me suis sentie libérée de mes croyances ! Maintenant je ne subis plus de mots désobligeants concernant mon faible revenu, au contraire, je me sens libre d’être moi-même et non jugé par la taille de mon portefeuille. J’espère pouvoir éduquer mes filles, de toujours accomplir et faire des choses sans l’appât du gain. L’argent n’est pas notre mission de vie….

  • Rhiannon

    Mais tellement ! Pour ma part je n’ai aucun scrupule ou gêne à parler d’argent sur mon blog, assez souvent d’ailleurs, et j’ai parfois l’impression que ça dérange alors que c’est plutôt normal. Je ne trouve pas que ça définisse une personne, ça fait juste partie de la vie. On ne part pas tous avec les mêmes cartes donc certains galèrent plus que d’autres.

  • Enirtourenef

    Il y a des pays où on n’a pas de mal à parler argent. Au Etats-Unis par exemple. Mais ici, c’est vrai qu’on n’ose pas trop. Nikos Aliagas a déjà refusé de révéler son salaire parce qu’il le juge « indécent » par rapport aux personnes qui regardent ses émissions. Je pense que c’est assez révélateur du rapport à l’argent en France (même si je comprends totalement la position de Nikos Aliagas !). Je pense que, en fait, et c’est ce qui ressort de ton article même si tu n’as pas utilisé le mot, c’est que l’argent, c’est intime. L’argent, ça touche à l’éducation, ça touche à notre valeur, ça touche à comment on vit, et pourquoi on vit de cette manière (un petit studio et pas un T3 parce qu’on n’a pas les moyens, basiquement), ou pourquoi on n’a pas encore d’enfants (pas les moyens de les avoir). L’argent, ça touche à l’intime, et on n’a pas envie de mettre notre intimité en place publique, la plupart du temps !

  • Sophie

    Complètement d’accord avec toi ! Je trouve ça plus dommage qu’autre chose personnellement. De mon côté, rien ne change, je fais les choses comme je le veux, en suivant ma route et mes objectifs. Je trouve ça surtout très dommage pour ceux et celles qui restent sur leurs positions. Comme dit Enirtourenef, aux USA et au Canada, au lieu de cracher sur celui ou celle qui gagne de l’argent, on demande comment il a fait pour faire la même chose. Et c’est exactement ce que je compte faire : apprendre en permanence et m’inspirer de ceux qui ont réussi.

what do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *