Dépasser la peur

dépasser la peur angoisse anxiété

Peur d’échouer, peur de réussir, peur de me ridiculiser, peur de ne pas être à la hauteur, peur d’être incomprise… Depuis quelques années, je me suis mise à être paralysée par une peur envahissante, de celles qui te prennent aux tripes et t’empêchent d’avancer. Pendant plusieurs années, j’ai laissé cette peur m’empêcher d’avancer, d’oser, d’essayer.

Aujourd’hui j’ai pris conscience de l’aspect irrationnel de cette peur, et j’ai choisi de la dépasser. Mais elle reste là, sourde, tapie, prête à surgir à la moindre difficulté. Puisque je ne peux pas la museler, j’ai choisi d’essayer de mettre en place des petites choses pour la rationaliser.

1 ) Connaitre ma peur : J’ai mis du temps, mais j’ai réussi à identifier ce qu’elle provoquait chez moi. Car elle est rusée la bougre ! Chez moi, elle peut facilement ressembler à un début de grippe ou un malaise, idéal pour me donner l’excuse du « je suis malade, je ne peux pas me lancer aujourd’hui ». J’ai donc pris le temps et listé tous les symptômes qui n’étaient chez moi provoqués que par la peur.

2 )  Mettre des mots dessus : L’écriture quotidienne m’a permis de poser sur papier toutes les situations qui m’effrayaient. Et lorsqu’on prend du recul, on arrive facilement à se demander « mais en fait, pourquoi est ce que ça me fait peur ? »

3 ) Envisager les pires scénario : Chez moi, c’est l’inconnu qui me fait le plus peur. Alors pour diminuer cette angoisse, je joue à « Qu’est ce qu’il pourrait m’arriver de pire? » et bizarrement, envisager des scénario catastrophes me calme. Je suis capable de rationaliser la situation, et de moins appréhender (même si très souvent mes scénario cata finissent en  » tout le monde va me renier, je finirai seule, à la rue avec mon chat et je mourrai sans que personne s’en soucie »).

4 ) Se préparer : Une fois que j’ai tout identifié et envisagé les pires situations, je passe en mode attaque. Je me prépare comme si je partais au combat en me répétant des discours de motivation. Tant pis si j’ai l’air complètement ridicule, je ne me lâche pas tant que je n’ai pas fait ma première action. Une fois que j’ai commencé à agir, en général la peur commence à s’évaporer.

5 ) Parler à sa peur : C’est une astuce que j’ai lue dans Comme par magie, d’Elizabeth Gilbert. Puisque la peur ne va pas s’en aller et sera toujours là, autant lui expliquer qu’on sait qu’elle est là, qu’on l’accepte, qu’elle est la bienvenue, mais qu’elle ne décidera pas de la direction à prendre. J’aime cette approche.

Au final, je suis plus sereine vis à vis de cette peur. Je ne pourrai jamais faire disparaitre ma peur, puisqu’elle a un rôle dans ma vie, mais je peux l’empêcher de décider de ce que je fais dans ma vie. Maintenant que j’en connais tous les signes, je suis capable d’agir de manière consciente lorsque j’en ressens les premiers effets. J’ai encore un sacré travail pour être capable de la dominer, notamment dans mon travail de freelance ou dans ma vie créative, mais je pense être sur la bonne voie.

Et vous, vous avez des astuces pour maitriser vos peurs ?

Faites passer le message !

6 Comments on Dépasser la peur

  1. Pêche & Églantine
    6 avril 2018 at 7 h 21 min (2 mois ago)

    Oh comme je te comprends… Je crois que la peur qui m’empêche le plus d’avancer est que mon projet ne plaise pas, que tout mon travail, tous mes rêves s’évanouissent en quelques instants.
    Mais j’y crois si fort, si dur à cette belle aventure que je me dis que cela est impossible !
    On verra bien …
    Bisous ma belle et crois en toi <3
    Pêche

    Répondre
  2. sophie
    6 avril 2018 at 10 h 07 min (2 mois ago)

    génial !!! super approche qui fonctionne. la peur a une fonction de survie au départ, donc elle peut être utile. mais clarifier, trouver de quoi on a peur exactement, aller jusqu’au bout pour réaliser que les scénarios catastrophes ont très peu de chances de se produire…

    Répondre
  3. lia
    6 avril 2018 at 11 h 16 min (2 mois ago)

    Bonjour, oui j’en ai de bonnes, de radicales même, mais on n’est pas tjrs prêt à quitter nos peurs contrairement à ce qu’on dit parfois.
    Découvert la méthode tipi depuis une dizaine d’années, et je me suis même formée. C’est une méthode naturelle qui permet de désactiver l’origine inconsciente de notre peur. enfin voilà je voulais vs transmettre l’info car ce n’est pas un business étant donné que les personnes sont guéries en 1 à 2 séances, peu de praticien peuvent en vivre. Sauf à Paris peut-être? L’EFT est moins radical mais pratique à faire à la maison soi-même!
    Bien à vous 🙂
    Lia

    Répondre
  4. Estelle V
    6 avril 2018 at 12 h 03 min (2 mois ago)

    Je me retrouve dans ton article et j’avoue que tes astuces vont bien m’aider ! J’ai aussi la peur de l’inconnu et pour l’instant ma seule astuce c’est de me demander est ce que je peux agir sur cette situation, si oui alors je le fais, sinon je la laisse de côté et je n’y pense plus. Pour l’instant mon avenir n’est pas sûr et je ne peux rien y faire alors je me concentre sur ce que je peux gérer sur le moment. Ça ne marche pas toujours mais la plupart du temps ça m’empêche de me laisser gagner par la peur et de ne pas avancer.

    Répondre
  5. Claire
    6 avril 2018 at 18 h 04 min (2 mois ago)

    Hello,

    Ce mot, cette sensation si physique, si psychologique qu’est la peur… oui, je comprends très bien ton message.
    Il y a 5 ans (presque 6 en Septembre prochain), j’ai eu un (grave) accident de la route. Aucun souvenir mais la sensation terrible de la peur de mes parents et mon conjoint à cet instant précis où ils ont appris la nouvelle.
    J’ai toujours vécu avec ce ventre noué, cette gorge serrée, pour tout et n’importe quoi (c’est le pire).
    Depuis ce jour, je vis au jour le jour. Je n’anticipe plus. Je vis. Je m’exprime davantage.
    Bien sûr, je reste toujours prudente, modérée et tempérée dans mes propos, mais je ne vis plus dans la « peur » de convaincre, de donner mon opinion, d’exprimer mon désaccord. Pour toutes ces occasions, ces actes manqués d’avant ce jour-là.
    Je me sens « moi » 🙂

    Et je me sens mieux.

    Bises à toi, et je te souhaite une belle continuation dans ta vie.

    Répondre
    • Claire
      6 avril 2018 at 18 h 08 min (2 mois ago)

      J’ai oublié de dire qu’après mon accident, j’ai eu un contact avec une psychologue clinicienne qui a fait un travail formidable visant à me déculpabiliser de tout ce passé d' »avant », faisant que je me suis sentie naître une vague de liberté en moi tout en restant moi-même (prudente, tempérée, agréable, réservée, pudique).

      Répondre

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment *






%d blogueurs aiment cette page :